Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #poetextures bbt (1983-1988) tag

Folie de la vie

Publié le par Bbt poetextures

J'ai envie d'aller plus vite !
De courrir vers une vie libre;
mais il faut choisir, toujours choisir...
Moi, je veux simplement vivre !!!
Adulte, responsabilités et toute la paperasse....

Vie libre !

Je veux choisir pour ne pas périr,
je veux réfléchir pour ne pas fléchir !
Je veux vivre ma vie,
Et non celle que ces vieux pontes aimeraient que je trace...
Je veux courrir là où le coeur en paix je serais tranquille.

ZiZaNie dans la vie !

Courrir plus vite, faire du monde mon ami,
mais tout en étant libre de gigoter à mon aise....

Voir les commentaires

Valse avec une bombe sans problèmes

Publié le par Bbt - Poetextures écrites et sonores

Comme le signe d'un ultime prestige,
chaque pays a sa bombe,
qui met mal à l'aise, donne le vertige,
aux populations pas pressées d'atterrir dans leur tombe !

J'imagine et je vois,
cet homme qui déjà hier ne resemblait ni à toi, ni à moi,
et trouva pour unique fierté,
que sur ce bouton rouge, il allait appuyer,
pour nous faire tous sauter !!!

En fait je me remémore les faits,
et recherche la raison pour laquelle nous n'avions pas fait la paix !!!!
Au moment où je t'aimais malgré les heurts,
durant lesquels, lachement je cachais ma peur !

Ce qui nous a séparé, c'est le monde,
le drame c'est cette bombe,
ma destiné c'est une tombe.

Ok ! Disent les survivants,
plus de problèmes, il n' y a plus de vents !
Et moi, je voulais te dire,
à quel point j'aurais voulu te revoir rire.

Tchernobyl....

Maintenant, nous ne sommes plus que des poussières,
nous allons voyager au dessus de cette foutue Terre...

Ce qui nous a séparé c'est le monde,
le drame c'est ces bombes...
Nos destinées c'est l'ombre.

Voir les commentaires

Deux yeux dans la nuit

Publié le par Bbt

Feuilles de nuit noire de nouveau vous voilà tombées,
le cycle continu, fidèle à ce que l'on attend de lui;
deux yeux dans la nuit, pourtant ne veulent pas s'éteindre,
bougies tressaillantes en attente,
devant le spectacle de la route qui luit.

Lune chandelle,
mystère obscure alors que sommeille le monde :
tout est silence, rien ne vibre, la nature est paisible :
tout...

Sauf deux yeux,
étincelles malicieuses qui font de l'éclaircissement,
don véritable de l'enfant, affront à l'obscurité,
pour déjouer le mystère de certaines questions....
Nuit secret dévisagé,
nuit troublante aux sons sans images,
dans une nuit aveuglante de pénombre aux milles mirages.

Brindilles se craquèlent,
et leurs présences te harcèlent,
petits clics,
dans le film vivant dont le nom ne revient plus à ton oreille :
pourtant, deux yeux écoutent la folie du moment,
pour mieux s'en rappeller,
car ça vous marque enfant...
une grosse peur ou tout pareille !!!

Voir les commentaires

Flipp Arty

Publié le par Bbt

C'était la peur de l'oubli, celle de l'infini :
trou noir langoureux qui court, s'explose hors de ta chambre,
s'en va loin de tes odeurs d'ambre, pour aller se percuter contre l'amour.

C'était l'amour de la vie, celle qui jaillit :
lumière stridante qui s'extirpe,
d'un arc en ciel et fait de toi un mec,
qui ne veut pas décrocher, s'aggrippe,
aux quelques fleurs de son jardin... sec.

C'était la peur de l'oubli, celle qui te pourrit :
elle te ronge d'un seul coup, tu as peur des autres, de toi,
de toi qui fut assez fou,
de parader devant les arbres qui se présentaient à la vie...
aux aboies.

C'était la peur de l'infini : elle qui se moque aux aboies...
Tu n'allais pas trouver tes espérances salies :
tu allais revoir tes cigales, les arbres... et tes fleurs.

Tu as eu peur, mais tu n'as pas périt !
Je suis dans ta peau maintenant, elle qui m'a fait flétrir...
J'ai gouté à mister coup d'blues,
mais pas à "big merde on my shoes" !!!

J'ai eu vraiment très peur,
mais ma terreur n'était pas à l'heure.

Voir les commentaires

Eclats

Publié le par Bbt - Poetextures écrites et sonores

La vie a crié que le tonnerre
allait s'en aller;
Vis ta vie et prends la mienne,
ne te retourne pas,
méli-mélo d'un monde dépassé.

Crois en toi,
fais ta vie, rie et vois,
apprends à connaitre ta nature,
c'est cela ta loi.

Voir les commentaires

Deux têtes à têtes

Publié le par Bbt - Poetextures écrites et sonores

Une association cervelesque :
deux êtres, deux planètes...
Chacun dans son jardin cérébral...
Non ce n'est ni sale ni tragique... C'est normal ?

Une association,
qui a cristallisée des cris pas si différents que cela...
Personne au bout du fil :
toujours pas d'échos pour ton ego.

Les contrôleurs sont passés : espace de profession,
application de la règle,
sanction et "bonne journée m'sieur",
la taxe réprimande, amende.

Sont-ce des flics ratés ?...
Pour tout vous dire, le bleu roi nuit,
et s'étale comme une pastelle sur les murs...
Non, ce n'est plus le métro,
c'est le défilé en bord de mer...
Azur...

C'est la mer qui déferle au gréé du vent,
des marées,
association, prise de contacts...
Jonctions et courants faibles...
Bilan un bout de ce cahier annoté...

Un cri dans nos têtes...
A vous cognac-la-réponse,
pourquoi ne pas y répondre ?

Voir les commentaires

Etre ou ne pas Etre

Publié le par Bbt poetextures

Etre ou ne pas Etre, ainsi était tournée la formule du problème
qui se posait en ma tête.
Etre pour mieux paraitre, pouvait si je puis me le permettre,
être résumé peu bête...

Car, comparaitre devant les tribunaux de vos jugements,
a de quoi dégraffer l'étiquette personnel
que j' avais jusque-là au-dessus de la tête :
en effet, pour ces "gens là" je ne suis que le fou vivant,
le joyeux drille avec une fleur aux milles couleurs,
clouée au bec,
arborant une vie libre sans casse tête,
mais ceci dit de tout cela rien ne vaut un pet 
- une flatulance quoi ;-) -

Etre ou ne pas Etre, voilà la question,
qui même sans raisons,
vient se percher sur le tas de sujets
qui bloque mon esprit... Adjugé.

Voir les commentaires

L'arc en ciel

Publié le par Bbt poetextures



Je connais un endroit où l'amour est interdit :
les fleurs n'existent plus,
déracinées à cause d'un monde dont l'âme s'avère être bien pourrie;
"les gens" n'ont rien fait...
Pire... Ils s'y sont habitués...

Aujourd'hui les arbres n'existent plus,
ratatinés à cause des hommes...

Je connais un endroit où l'amour est INTERDIT :
pourtant, une vie persiste,
étincelle de bonheur dans ce monde d'allumés...

C'est à n'y rien comprendre... Personne ne voit...

L'arc en ciel ...

Voir les commentaires

Monde arômes naturels

Publié le par Bbt - Poetextures écrites et sonores


Il y avait ce jour là,
un coucher de soleil à dormir dehors ;
les grillons dansaient,
les feux follets balayaient le sol de leurs étincelles;
nous, nous rêvions côte à côte,
ébahis par cette mer aux milles vagues.

L'atmosphère chauffait nos corps, qui, peu à peu se relachaient.
Nous étions heureux devant Nature si belle,
nous étions heureux d'être là,
à contempler ces images à jamais gravées en nos têtes.

Il y avait ce jour là,
une odeur de montagne qui s'est fait bronzer les libellules,
durant cette journée "chaud-beau-fixe".
Les herbes séchées, humées dans les chemins, dans la nuit,
main dans la main à minuit, nous tournaient la tête,
nous faisaient vibrer assurémment, pourquoi peut-être ?

Nos poumons s'éveillaient,
nos coeurs frémissaient à chaque mètre;
nous étions heureux...
Heureux de renaitre en harmonie avec le paysage...
Heureux de re-découvrir le naturel d'un corps aux aboies...

Mais surtout, nous étions calmes et sereins,
mais surtout, nous n'étions jamais plus flippés...
Loin de la ville, de la cité.

Il y avait ce jour-là,
une vague plus haute que les autres;
le vent se levait.
Le soleil caché et endormit,
laissait sa chaude place à "Lady Moon",
la reine qui assure les nocturnes...

Son visage rigolard épiait le monde avec un oeil plutôt sympa...
Une ombre cependant, donnait au coin de sa bouche,
des rides de mécontentement ou d'effarement
devant la méprise humaine...

Alors, ce jour là,
elle ferma la scène de nos désirs,
pour faire apparaitre la bleue nuit de l'espèrance.

On est heureux,
heureusement éveillés,
d'émerveillement devant le monde "au naturel"...
Naturellement.

Voir les commentaires

A toi le non-homme

Publié le par Bbt - Poetextures écrites et sonores

Homme mesquin,

qui fait du tout un rien,
tu devrais,
avoir honte de ta conduite,
car ta posture est point fortuite.

Tu craches sur le noir,
mais tu n'es que Blanc...
Tu les prends tous pour des poires,
et en plus, tu te crois marrant !!

A toi le non-homme,
créature immature,
qui ne comprends pas que nous sommes tous frêres,

C'est la NATURE ;-)

 

[ Fuck da racism ]

Voir les commentaires

Dé-LIAISONS TELEPHONIQUES

Publié le par la TAZ entre les volcans d'Auvergne Coincoyote - Poetextures écrites et sonores

 

 

Bip ! Bip !! Bip !!!

- Allo ? Bonjour Mademoiselle. Pourrais-je entendre, voir, toucher, caresser, embrasser votre beauté ? Et puis, et puis, j’aimerais tant rigoler avec vous, crier, délirer comprendre, jouir, m’émerveiller… avec vous !! Et…

 

-         Ah ! Mais vous faites erreur monsieur !!!

-         Quelle heure avez-vous s’il vous plait ?

-         Il est exactement 3 h 45… du matin ; je suis fatiguée, aussi je vous demande de vous arrêter ( !!)… Plutôt que de déranger une travailleuse !!!

-         Hi ! Hi !! (l’air bête) Demain la pluie, aujourd’hui la vie, hier la nuit ! Le vent court, les murs s’écroulent…

 

-         - Oui ! Je sais (exténuée) L’eau de mon bain coule, les amoureux roucoulent, et puis, mon chien s’appelle Boule….

 

-         Oreille percée, jambe trainante, énergumène prêt à croquer… Collier, vert d’eau, tache sur le museau… Mais… C’est le mien !!! Vous l’avez retrouvée !!!! Oh Merci ! Merci !!!!

 

-         - Mais pas du tout… Monsieur vous faites erreur !!!!

 

-         Encore !!!??? J’aime bien votre façon, mademoiselle de rouler les « R » comme si c’étaiet les derniers que vous pourrer écharper…. Vous me torpiller, vous me faites fondre… S’il vous plait arrêtez ainsi de me martyriser, je n’en peux plus du tout…. J’ai faim de vous vous, de tout !!! Une faim tenaillante et toujours pas un clou à se mettre dans la dent ! C’est dingue , c’est fou !!! La faim c’est rien sans rien, le manque de tout et qui nous amène malgré nous vers une faim sans fin, soit, le début d’un rien qui très vite représentera la tout pour le tout, la mer de sable, le grain du clou…..

Enfin… C’est une histoire de pou où le clou n’est pas un tout puisque pour n’avoir rien du tout, point faim, il faut avoir le sou : sou en personne qui de sa rondeur vous évitera d’avoir les crocs, annihiler votre faim. Enfin de cela, du tout au tout il en sera fini…

 

-         Vous êtes fou !!!!! Je raccroche…. Encore un mot et je raccroche Monsieur….

 

-         A qui croit prendre crois ou qui vis dans le vent, je la crois en bois la loi qui sera l’herbe du ciel, qui mue la nuit à vie…..

 

Bip ! Bip !! Bip !!!

Voir les commentaires

Au bout du chemin, il y a une ride en retard

Publié le par Coincoyote - Poetextures écrites et sonores

Les heures passent et se ressemblent
lors de ces attentes sans scrupules.
C'est un fil du temps qui se défoule,
alors que l'âge se déroule, sur une route d'éternité...
et le temps...

Dangereux, angoissant pour le quidam esseulé...
Il n'a plus le temps d'attendre les secondes qui passent.

Une seconde, une ride pour une heure,
une seconde pour cet homme qui ne croyait plus à la vie ;
vicieuse ennemie par définition, qui ne peut qu'avancer...

Ou s'arrêter, quand il est encore temps...

Vieux avant l'âge, anti-rides...
s'accrocher à l'horloge de son buffet,
ce mec un jour s'est aperçu qu'au bout du chemin,
loin dans ses mots, il avait du retard...

du retard a rattrapper pour arriver à l'heure....


Voir les commentaires

Le rêve de l'illusion : Ecueils

Publié le par Bbt - Poetextures écrites et sonores

Imaginons, imaginons !
Imaginons un sourire qui s'envole, des fenêtres qui s'ouvrent !
Des portes qui rient, des feuilles qui chantent !

Imaginons, bien sûr,
des murs qui frissonnent, d'autres qui crayonnent !
Des mots qui n'en sont plus.

Imaginons, imaginons,
Imagions, une face cachée, une frite retrouvée,
un délire se transmettre, une idée scintiller.
Imaginons une caresse semblable à un clin d'oeil,
des mains pareilles aux plus jolies fleurs,
des rochers qui ne seraient plus des écueils.

Imaginons, imaginons !
Imaginons un lit qui serait le paradis,
un baiser perdu qui se serait caché,
une ôde qui serait volée, un futur semblable au passé !

Imaginons deux corps qui rythmeraient la vie,
avec des chaleurs et des sourires sans prix.

Imaginons, imaginons !

Imaginons,
une larme qui serait rosée, une peur qui serait osée !

Mais, si nous imaginions que tout cela n'est qu'un rêve,
un immense rêve ?!!
Un immense rêve collectif où la vie
ne serait en fait que pensée(s)...
C'est dingue... non, cela ne l'est pas !

Ce n'était qu'un rêve te dis-je,
un rêve dépassé qui révèle que la vie n'est qu'un rêve...
Le "to be or not to be", ou le Blues du pêcheur,
vague à l'ame retrouvé ?
Nenni or donc point du tout ce n'est qu'un rêve....

Voir les commentaires

Proverbes et dictons : one

Publié le par la TAZ entre les volcans d'Auvergne Coincoyote - Poetextures écrites et sonores

Beaucoup de bruit pour rien.
Chose promise, chose due.
Coeur qui soupire n'a pas ce qu'il désire.
Comparaison n'est pas raison.
Contentement passe richesse.
Dans toute chose, il y a un bon côté.
Défiance est mère de sûreté
Déshabiller Sait-Pierre pour habiller Saint-Paul.
Des goûts et des couleurs, il ne faut pas discuter.
Dis-moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es.
Donner un oeuf pour avoir un boeuf.

Voir les commentaires

L'état des choses

Publié le par Bbt - Poetextures écrites et sonores

aurillac_manif5
 


Une rumeur circule, un bruit court doux et langoureux,
le vent s'envole, fait clignoter les lampes collées au ciel.
Une éclipse s'étiole, un baiser s'envole pendant que les arbres s'effeuillent...

La Lune joue avec les nuages, qui,
d'un bond vont d'une constellation à une autres.

Tout bouge, c'est l'état des choses,
tout est à dire,
j'écris alors que je ne t'ai rien raconté...

Il n'y aurait pas assez d'encre, ni dans mon stylo,
ni dans tous les stylos du monde,
pour te raconter l'état des choses...

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>